Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Trololo
Search in pages
Bons plans
Tests
Avis des joueurs
Guide d
14

A Ghost Story

sur Cinéma Autres films
Les plus
  • L'originalité de l'histoire
  • L'idée géniale du drap blanc
  • La photographie à tomber
  • La B.O de Daniel Hart
Les moins
  • Mieux vaut éviter un jour de déprime
  • Mise en scène "arty" qui peut indisposer
  • Une ou deux scènes embarrassantes
Niveau
12
A Ghost Story en Blu-ray + DVD
19.99 € @ Fnac
Voir l'offre

Avis :

Synopsis : Apparaissant sous un drap blanc, le fantôme d’un homme (Casey Affleck) rend visite à sa femme (Rooney Mara) en deuil dans la maison de banlieue qu’ils partageaient encore récemment. Il découvre que dans ce nouvel état spectral le temps n’a plus d’emprise sur lui et il est condamné à être simple spectateur de la vie qui fut la sienne, avec la femme qu’il aime.

Le fantôme se laisse entraîner dans un voyage à travers le temps et la mémoire, en proie aux questionnements de l’existence et à son immensité.

 

Avis A Ghost Story : Un film fantastique et intimiste, à la fois touchant et déroutant

avis a ghost story

A Ghost Story est ma première rencontre avec le cinéma du scénariste et réalisateur américain David Lowery. Il est connu notamment pour Les amants du Texas et la réinterprétation du film Disney Peter et Eliott le dragon. 

Pour son dernier long métrage, Lowery nous propose une histoire de fantôme sous la forme d’un poème existentiel d’une infinie mélancolie. Nous sommes ici à des années-lumière de l’univers des Conjuring et compagnie : A Ghost Story n’est pas un film d’horreur et n’a pas pour vocation première de susciter la peur.

C (Casey Affleck) et M (Rooney Mara) sont en couple et vivent ensemble dans une petite maison de la paisible banlieue pavillonnaire texane. Lui apprécie son quotidien de compositeur qui travaille depuis son domicile quand elle voudrait partir pour d’autres horizons… Ils se disputent à propos du futur déménagement mais s’aiment aussi énormément.

Lowery décide de ne pas leur donner de prénoms ni de s’attarder sur leur psychologie, on ne sait pas grand chose d’eux mis à part ce que je viens de résumer brièvement plus haut, à savoir qu’ils vivent à deux et s’aiment profondément. Introduction et approche toute en simplicité, jusqu’à ce que C trouve la mort dans un accident de voiture. M doit reconnaître le corps de son homme à la morgue de l’hôpital, où il repose sous un drap blanc. Plutôt que de se concentrer uniquement sur le devenir et la tristesse de la jeune femme éplorée, A Ghost Story oriente son récit vers des directions déjouant les attentes des spectateurs : le défunt, toujours sous son drap blanc, se lève et rentre chez lui.

Une des grandes forces du film de Lowery, c’est de redonner toute son intensité dramatique à ce symbole hyper connu du cinéma fantastique en faisant de lui une figure non pas terrifiante mais d’une incroyable puissance émotionnelle. Elle ne peut percevoir sa présence, il ne peut entrer en contact avec elle. Le réalisateur nous invite alors à partager la tristesse de ce qu’il reste de cet homme, prisonnier des murs qui abritaient autrefois son bonheur… A Ghost Story évoque non seulement la solitude de ceux qui restent mais aussi (et surtout) de ceux qui « partent ». La douleur de ne plus pouvoir interagir avec l’être aimé, la fatalité du temps qui passe etc.

Avis A Ghost Story : Une mise en scène audacieuse mais qui risque de diviser

avis a ghost story

Le premier aspect marquant c’est celui du film lui-même. En effet, Lowery a choisi de revenir au format 4/3 (le format de projection historique du cinéma), ce qui donne une image « carrée » aux bords arrondis, un peu comme un vieil album photo ou des diapositives. Ce parti pris esthétique qui, au premier abord, peut paraître vain voire « poseur » m’a semblé plutôt judicieux compte-tenu du récit.

Le cadre est bien souvent très serré mais le fantôme évolue dans des espaces le plus souvent fermés. Nous restons donc constamment à ses côtés, témoins des mêmes choses que lui et jamais distraits par des éléments lointains et/ou superflus. L’immersion dans son « nouvel » environnement y gagne beaucoup et l’aspect volontairement daté du format 4/3 ainsi que de la somptueuse photographie argentique créent un décalage qui souligne l’enfermement du spectre dans une boucle temporelle et spatiale différente de la nôtre.

La mise en scène bien qu’audacieuse risque de ne pas plaire à tout le monde car Lowery aime particulièrement les plans longs et appuyés ainsi que faire durer certaines scènes. Personnellement ça ne me dérange pas mais je préfère prévenir car cela peut « irriter » voire même carrément en faire marrer certain(e)s (la « fameuse » scène avec Rooney Mara tournée en plan fixe de six minutes par exemple). Ce qui m’a pas mal dérangé par contre c’est « le monologue de soirée arrosée » prononcé de manière prétentieuse et nihiliste par un trentenaire en salopette; cela verbalise inutilement l’aspect métaphysique du film alors que ce dernier n’avait pas besoin de ça pour avoir du sens. Même si le type qui le prononce n’est pas n’importe qui (le chanteur et acteur Will Oldham), et bien cela n’a pas fonctionné sur moi et je tenais à le souligner.

Là où Lowery a assuré par contre, c’est en conservant certains aspects du « film fantastique » : les bruits inexpliqués, le passage vers l’au-delà à l’hôpital, le spectre qui se déchaîne contre les nouveaux occupants de la maison, les échanges silencieux, drôles et déchirants avec le fantôme du voisinage, etc.

La musique originale de A Ghost Story a été composée par Daniel Hart, un collaborateur fréquent de Lowery. Astrale et mélancolique, variée et obsédante, c’est assurément une des plus belles B.O de l’année. L’album est en écoute libre ici. Je l’écoute en boucle depuis quelques jours même si je zappe systématiquement « I get overwhelmed« , le titre composé par C pour M dans le film et que je ne trouve pas génial (électro-pop avec usage du vocoder et cie, paroles pas terribles…).

Avis A Ghost Story : Conclusion

avis a ghost story

Je suis un peu partagé concernant ce film que j’ai trouvé dans l’ensemble réussi mais à qui il manque un je ne sais quoi pour accéder à un rang supérieur. Il y a des moments vraiment superbes voire excellents (respect d’avoir rendu un drap blanc troué aussi expressif et touchant malgré son mutisme) mais aussi un ou deux autres qui ne fonctionnent pas et sont limites embarrassants/irritants.

Quoi qu’il en soit je pense que c’est typiquement le genre d’oeuvre qui se fait une place petit à petit dans notre esprit et se bonifie avec le temps. A Ghost Story me laisse avec une impression globalement plus que positive du fait de son ambition et de sa véritable authenticité formelle et scénaristique. À voir comment le film va mûrir dans ma mémoire. En attendant je le recommande car je suis convaincu qu’il possède des qualités certaines, sans oublier le fait qu’il amène à se poser des questions existentielles vraiment intéressantes.

 

Laisser un commentaire 0 commentaire

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Réagir

Vous devez vous connecter pour réagir. S'inscrire / Se connecter