Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Trololo
Search in pages
Bons plans
Tests
Avis des joueurs
Guide d
16

Kids return

sur Cinéma Autres films
Les plus
  • L'histoire
  • La mise en scène
  • L'interprétation
  • La B.O de Joe Hisaishi
Les moins
  • Souffre de la comparaison avec Hana-bi et L'été de Kikujiro
Niveau
146
Kids return en édition limitée Blu-Ray + DVD + Livret
24.99 € @ Amazon
Voir l'offre

Avis :

Synopsis : Masaru et Shinji n’aiment pas le lycée. Ils préfèrent traîner dans les bars, voler et glander. Mais un jour, après avoir été pris à partie, deux ados reviennent accompagnés d’un ami boxeur qui met Masaru K.O. Il décide alors de se mettre au Noble Art. Rapidement suivi par Shinji, lequel va se révéler bien meilleur boxeur. Dépité, Masaru va tenter sa chance du côté de la pègre locale. 

Avis Kids return : Portrait assez sombre et pessimiste d’une jeunesse perdue

avis kids return

 

Sixième film écrit et réalisé par Takeshi Kitano en 1996, Kids return est aussi à l’époque le second dans lequel le cinéaste n’apparaît pas et reste exclusivement derrière la caméra. Il nous propose avec ce long métrage une sorte de chronique de l’amitié liant deux inséparables cancres mais aussi, en filigrane, une critique sans concession du système japonais dans son ensemble (système scolaire, clans yakuzas, marché du travail…).

Masaru et Shinji, adeptes du racket, de l’école buissonnière et des plaisanteries douteuses, ne cessent de défier leurs professeurs ainsi que leurs camarades de classe. Truands sans envergure, ils passent le plus clair de leur temps à glander dans la cour ou sur le toit du lycée plutôt qu’à suivre les cours… Ils n’hésitent pas à s’en prendre quotidiennement aux plus faibles pour pouvoir se payer des verres et des cigarettes au bar-tabac du coin, fréquenté également par le clan yakuza local.

Un jour comme un autre, une des jeunes victimes du duo infernal se rebelle et fait corriger Masaru par un ami boxeur. Humiliés et n’ayant que la vengeance en tête, Masaru et Shinji décident alors de se rendre à la salle et d’enfiler les gants. Masaru est indiscipliné et médiocre tandis que Shinji se révèle être un excellent combattant. Masaru, en quête de pouvoir et de reconnaissance, se tourne alors vers le clan… La chute sera hélas aussi rapide que l’ascension, pour celui qui rêve de devenir yakuza comme pour celui qui rêve de devenir champion.

 

Avis Kids return : Sobrement réalisé et efficacement interprété

avis kids return

 

La mise en scène est sobre, efficace et au service de l’histoire. Avec Takeshi Kitano c’est le réalisme qui prime, comme en témoignent les décors (des intérieurs clos la majeure partie du temps) qui respirent tous l’authenticité : que ce soit la salle de classe et l’infrastructure du lycée, les bars-restaurants et, le plus important : la salle de sport dans laquelle nos deux personnages principaux s’entraînent à la boxe.

Kitano a lui-même longtemps pratiqué le Noble Art durant sa jeunesse et cela se ressent instantanément dans la reconstitution de la salle, qui tient une place centrale dans le film. L’attention portée aux objets liés à la boxe ainsi qu’aux entraînements est impressionnante et force le respect. Il parvient à capter tous les éléments qui constituent l’univers du combattant et à rendre compte avec justesse de la pénibilité de l’entraînement, qui consiste la plupart du temps à répéter inlassablement geste après geste les mêmes enchaînements, le tout dans la sueur et la douleur, presque toutes deux palpables à l’écran.

Le cinéaste multiplie également les passages plus calmes (notamment dans les bars-restaurants) sans toutefois nous ennuyer grâce à sa science du montage elliptique et son rythme singulier. C’est d’ailleurs dans un de ces bars-restaurants de quartier que l’on fait la connaissance du clan yakuza mais aussi d’un jeune amoureux au destin très touchant et tragique (je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler). La violence fera d’ailleurs son apparition de façon brutale et expéditive; comme dans tous les films de Kitano elle n’est cependant jamais gratuite ni magnifiée.

La nature est pour une fois complètement absente du film mais pas la sublime et envoûtante musique de Joe Hisaishi, spécialement composée pour l’occasion. Personnellement j’ai une préférence pour son travail sur les B.O de L’été de Kikujiro et d’Hana-bi mais je regrette tout de même l’absence du disque; peut-être un problème de droits car l’éditeur La Rabbia nous a prouvé ne pas être avare de ce genre de suppléments… Quoi qu’il en soit c’est disponible en écoute libre ici.

En ce qui concerne les interprétations c’est du tout bon. Masaru (Ken Kaneko) et Shinji (Masanobu Andô) sont à l’époque deux jeunes acteurs très peu expérimentés mais le cinéaste se montre souple avec eux afin de leur donner confiance et d’obtenir des compositions les plus justes que possible. Il va même jusqu’à réécrire le scénario en cours de tournage et les laisse parfois improviser selon l’inspiration du moment. On retrouve également un habitué des films de Takeshi Kitano en la personne de Susumu Terajima, qui joue le rôle d’un des yakuzas. Les autres s’en sortent très bien, notamment le chef de clan, l’amoureux transi ou les membres du duo de manzaï (forme de stand-up japonais).

 

Avis Kids return : Conclusion

avis kids return

 

Réalisé juste après le grave accident de deux-roues qui a failli lui coûter la vie, Kids return, qui marque le retour de Takeshi Kitano derrière la caméraest un beau film nostalgique et mélancolique sur l’amitié entre deux adolescents complètement paumés et abandonnés de tous (famille, système éducatif, société japonaise).

On y retrouve des thématiques assez récurrentes dans les films du cinéaste, comme celle de l’impossibilité de trouver sa place dans le monde ou la façon dont les clans yakuzas traitent la population avec le plus grand mépris…

Je l’ai trouvé un peu moins percutant qu’Hana-bi et L’été de Kikujiro, que je considère comme des chefs-d’oeuvre. Un second visionnage me permettra certainement de le réévaluer à la hausse dans un futur proche.

 

Laisser un commentaire 0 commentaire

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Réagir

Vous devez vous connecter pour réagir. S'inscrire / Se connecter