Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Trololo
Search in pages
Bons plans
Tests
Avis des joueurs
Guide d'achat
15

Le Convoi

sur Cinéma Autres films
Les plus
  • justesse dans le jeu d'acteur
  • une ambiance oppressante
  • un huis-clos un peu différent
Les moins
  • Benoît Magimel un peu plat, trop mystérieux
Niveau
10

Avis :

Voilà un film que j’attendais de voir depuis un moment, étant plutôt fan de films de gangster et de huis clos. On me propose donc sur le papier un film sur le Go Fast. Déjà fait, déjà vu, mais pourquoi pas. En tête d’affiche Benoît Magimel ? Allons-y, lui qui m’avait plutôt agréablement surpris dans « La tête haute ». Voyons ce que la bête à sous le capot.

 

Une structure en huis-clos bien maîtrisée

L’histoire ne met pas beaucoup de temps à s’installer. Nous somme directement au sein même de cette équipe de malfrats, payés pour faire transiter de la drogue d’Afrique du Nord jusqu’en France. On suit donc 4 voitures différentes, chacune ayant une tache précise dans l’opération : l’éclaireur qui est là pour signaler la présence de la police, le leader qui organise l’opération, la mule qui transporte la cargaison et le ravitailleur qui est là pour là pour abreuver en essence toute l’équipe. C’est d’ailleurs un premier point que j’ai apprécié dans le film, dans la mesure où l’on comprend très rapidement le fonctionnement du transit. Les rôles sont clairement définis et on ne s’y perd que rarement.

Au niveau de la réalisation, on a donc le parti pris d’une sorte de huis-clos ici, avec essentiellement des scènes de dialogues dans les différentes voitures. Pour quelqu’un comme moi qui adore les huis-clos, c’est du tout bon. D’autant que le huis-clos en voiture n’est pas quelque chose de facile à maîtriser, un exemple d’échec dans ce registre reste pour moi « Locke » sorti en 2013 avec Tom Hardy, un film que j’attendais beaucoup pour son acteur mais qui m’a fait ronronner assez rapidement. 

Du point de vue des lumières, le chef opérateur a pris le parti d’installer un filtre très jaunâtre sur l’image, probablement pour appuyer le côté étouffant de la situation et donner une impression de chaleur excessive. Plutôt bien dans l’idée, même si l’image en devient parfois trop agressive.

 

Un jeu d’acteur de qualité

Au niveau du jeu d’acteur, c’est globalement du tout bon. Et même si la tête d’affiche du film semble être Benoît Magimel, on ne finit par le voir qu’assez peu sur l’ensemble du film. Ou alors c’est son mutisme assez -trop- fréquent qui m’a donné cette impression.

Les 3 autres trio sont tous très juste dans leur composition, avec quelques efficaces touches d’humour disséminées dans le récit, et de véritables moments décalés qui m’ont bien fait rire. Mais ne vous méprenez pas cependant, on a bien ici à faire à un drame. Mais je tenais à souligner l’intelligence des scénaristes qui ont calé certains moments de décompression  – indispensables- pour pouvoir ensuite appuyer le stress et le danger des situations du film.

 

J’ai donc passé un très bon moment avec « Le convoi », qui a su me faire frémir et même rire par instants. Il n’existe pas de véritable temps mort dans ce film qui est plutôt bien calibré d’un point de vue rythmique. Quant à la qualité de jeu des différents acteurs, elle est à applaudir, avec un mention spéciale pour leduo Amir Elkacem/Léon Garel qui m’a bien fait délirer, mais également Sofian Khammes et Foëd Amara que j’ai trouvé très justes dans leur composition. 

 

Laisser un commentaire 0 commentaire

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Réagir

Vous devez vous connecter pour réagir.

S'inscrire Se connecter