Exact matches only
Search in title
Search in content
Trololo
Search in pages
Bons plans
Tests
Avis des joueurs
Guide d
16

Ready Player One : divertissement efficace

sur Films à l'affiche Cinéma
Les plus
  • Réalisation
  • Dosage juste VR / Réalité
  • Les références 80's !
  • Quelques scènes folles
  • Le côté "Quêtes" / Aventure
Les moins
  • Scénario basique
  • Une fin prévisible
  • Petit coup de mou à mi-chemin
Niveau
101

Avis :

Après être sorti totalement en miettes de Star Wars 8, me voici donc de retour dans une salle de cinéma pour aller voir ce qui est recommandé par tous en ce moment comme étant une valeure sûre : Ready Player One. Une oeuvre basée sur la réalité virtuelle, les jeux vidéo, les années 80 et avec Spielberg à la réalisation. Bref, un film salade tomate oignons pensé pour moi et devant lequel j’étais persuadé de passer un bon moment. Je ne fus pas déçu.

 

 

Ready Player One : fan service à outrance

 

Oui j’ai bien aimé Ready Player One. Il s’agit d’un très bon divertissement, film grand public visionnable par tous. Une nouvelle fois, Steven Spielberg arrive à fournir au spectateur trentenaire ce qu’il a envie de voir à l’écran (à défaut de le surprendre au final). Une technique qui a fait le succès du célèbre réalisateur américain et qui continue de plaire…et de marcher commercialement parlant. Oui, j’ai croqué dans toutes les références 80’s à outrance que propose Ready Player One.

Pour vous résumer rapidement l’intrigue du film, celui-ci se déroule dans un futur où toute la population a trouvé refuge dans l’OASIS, une réalité virtuelle dans laquelle on trouve de nombreuses références aux jeux vidéo, films, séries, animé, bref à la culture Geek des années 80 dans son ensemble. Autrement dit, le paradis sur terre pour chaque joueur qui se respecte et qui voudrait tenter l’expérience. Seulement voilà, lorsque le fondateur du projet OASIS décède, il lance aux joueurs un défi de taille : trouver 3 clefs pour hériter de l’OASIS. Une quête périlleue débute alors dans laquelle s’affronte les « vrais joueurs, passionnés, fans » et les multinationnales avides de profits.

 

Le film s’articule autour d’une quête de 3 clefs dans laquelle seront présentes des références cultes de vos jeux et films préférés. La mise en scène et la réalisation viennent sublimer le tout et l’on se retrouve avec une véritable orgie de « oh purée, ils ont placé ça, et ça, et ça aussi !!! mais je m’en souviens ouiiii ». Bref, un soin du détail a été apporté pour satisfaire le joueur trentenaire ayant par exemple connu l’époque de l’Atari. Et clairement, pour une fois que du jeu vidéo est bien traité au cinéma, ça fait du bien.

 

Ready Player One : ne pas en demander plus…

 

 

Avec un tel scénario basique, il est évident qu’il ne faut pas prendre trop au sérieux Ready Player One. C’est en partie le coup de mâitre réussi par Spielberg qui nous permet de suivre une intrigue (tout de même sérieuse sur le fond avec au passage une belle critique des politiques industrielles douteuses dans l’univers vidéoludique) tout en nous amusant également. En effet, le côté quête de Ready Player One est ce qui est le plus réussi et l’on suit sans vraiment aucun mal l’avancée de l’histoire. Du très bon divertissement malgré un coup de mou au milieu du film qui est vite compensé par un final des plus impressionnants visuellement. Bref, vous payez pour voir un bon film au cinéma, vous êtes servis, ça sent bon et c’est copieux. Bon appétit.

 

Ready Player One : …qu’un bon divertissement

 

 

Je pense également que le film ne peut pas être pris pour plus qu’il n’est à savoir un bon divertissement. Il est évident que si vous n’êtes pas fan un minimum de la culture geek des années 80, vous ne reconnaîtrez que très peu de références du film et là, je ne saurai garantir l’effet qu’aura l’histoire sur vous. De mon côté, je trouve clairement l’histoire basique avec une fin des plus prévisibles mais malgré ça, on passe un super moment (surtout dans une salle de cinéma bien équipée pour ce type de films grands spectacles).

 

Ready Player One : conclusion

 

Vous cherchez à voir un film sympa, qui bouge bien et qui propose une histoire qui se suit sans trop se prendre la tête ? Ready Player One est le divertissement qu’il vous faut. Si en revanche vous pensiez voir dans le film une histoire très développée avec de nombreux niveaux de lectures, passez votre chemin. Ici, Ready Player One fait du cinéma dit « classique » malgré les effets spéciaux specatculaires et le côté original du concept (et de toutes les références à outrance dans un seul et même film). Une fois de plus, Steven Spielberg est là pour nous rappeler qu’un bon film popcorn sur grand écran, et bien ça reste un des petits plaisirs simples de la vie qu’il faut savoir savourer à sa juste valeur, sans prise de tête particulière.

Et ça c’est vraiment cool.

Laisser un commentaire 0 commentaire

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Réagir

Vous devez vous connecter pour réagir. S'inscrire / Se connecter