Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Trololo
Search in pages
Bons plans
Tests
Avis des joueurs
Guide d'achat
10

No Man’s Sky (PC)

sur Jeux vidéo PC
Les plus
  • Immense terrain de jeu
  • De beau panorama
  • BO et bruitage de qualité
Les moins
  • Gameplay très pauvre
  • Répétitif
  • Inventaire horrible
  • Technique bugée
Niveau
23

Avis :

L’infinité de l’espace, voilà la promesse de No Man’s Sky (PC). Après une attente très forte de la communauté, la sortie du jeu s’est faite dans la douleur avec moult patchs, mises à jour et autres excuses. L’expérience du jeu est-elle à la hauteur des promesses ou la réalité est-elle beaucoup plus amère ?

 

Paroles, paroles, paroles

Des débuts compliqués

Des débuts compliqués

 

Commençons dans le dur. Le principal problème de NMS est sa boite de développement : Hello Games. D’un projet indépendant, Sony a communiqué en grande pompe pour en faire un titre majeur de son catalogue alors que l’équipe est une petite structure. Alors évidement, le résultat est en décalage avec les attentes. Mais qu’attendez-t-on exactement ?

Depuis une certaine présentation à l’E3, nous avions vu un jeu basé sur l’exploration spatiale et une idée : une (quasi) infinité de planètes à visiter. Tout ça grâce à une gestion procédurale de la création des planètes. En clair, chaque environnement est créé par le moteur du jeu en suivant des règles prédéfinis mais presque unique à chaque fois. La couleur du ciel, de l’herbe, de l’eau, les panoramas, la faune, la flore … tout évolue de sorte que chaque planète est censée être unique. Nous pouvions y voir des végétations luxuriantes, une faune crédible et variée, du vol spatial sans temps de chargements avec des entrées et des sorties atmosphériques en temps réel ainsi que des Dogfights entre vaisseaux façon Star Wars. Sans oublié un mode multijoueur mettant l’accent sur l’entraide et la découverte. Qu’en est-il depuis la sortie du jeu ?

 

Atterrissage en catastrophe

Le minage, grosse partie du jeu

Le minage, grosse partie du jeu

 

Clairement, les promesses n’ont pas été tenues. Tout d’abord, le Gameplay est essentiellement basé sur le minage (type Grinding). A l’envie d’explorer les Etoiles, le jeu nous répond par des phases à pied à récolter des minéraux grâce à notre pistolet Laser. Des phases interminables pour pouvoir améliorer vaisseau, combinaison et armes. Qu’on se le dise, vous passerai plus de temps sur le sol que dans le ciel. Sans oublier que chaque action consomme du carburant qu’il faut bien entendu récolter lui aussi, mais attribuer au bon matériel grâce à un menu d’inventaire.

Parlons-en du menu d’inventaire, il est d’une lourdeur. C’est un peu le principe de Destiny mais en beaucoup moins bien. Des icônes où il faut faire glisser une souris grâce à son pad, des sous menus en pagaille : palme du plus mauvais inventaire 2016. Et c’est bien dommage car vous allez en faire des aller-retours dans les méandres de l’interface. Du troc avec des aliens au décodage d’une nouvelle langue, les activités sont rébarbatives et ennuyeuses puisque toujours les mêmes.

 

Skyfall

Worst Inventaire Ever

Worst Inventaire Ever

 

Miner, c’est bien mais on veut surtout voyager. La promesse d’une infinité de planètes est respectée mais la diversité n’est pas là. Les différences sont principalement esthétiques : l’herbe est bleue avec un ciel rouge, la prochaine aura des couleurs jaune et bleu. La faune essaye elle aussi de se diversifié mais en vain. Des bras de gorille sur un corps d’autruche à un chien avec des ailes d’oiseaux, les différentes espèces n’ont aucun but et ne complètent aucun écosystème même simpliste. L’immersion est au maximum uniquement lors du décollage d’une planète et la sortie hors de l’atmosphère qui se fait en temps réel. Une bouffé d’air frais. Malheureusement, on se rend vite compte que le pilotage est très sommaire et que les assistances gâchent le plaisir. Les dogfights sont inintéressant et les armes de vaisseau toujours les mêmes. A pied, vous pouvez aussi vous défendre contres des drones de surveillance mais l’arme est d’une mollesse sans nom. Préférez la fuite, puisque l’IA vous oublie si vous vous déplacez un peu plus loin.

 

Un peu plus près des étoiles

Direction l'inconnue ...

Direction l’inconnue …

 

La direction artistique reste l’atout numéro un puisque le jeu vous propose parfois des panoramas de toutes beautés magnifiés par un survol de vaisseaux non identifiés. Reste la technique qui est aux fraises, avec des ralentissements fréquents, et des textures qui pop devant vos yeux. Concernant le scénario, il est sans génie et reste dans les poncifs du genre : vous devez rejoindre le centre de la galaxie et une surprise vous attend.

 

Malgré l’énorme attente, nous avons un jeu qui ne respecte pas ses promesses. Sony a voulu trop capitaliser sur le travail d’une petite équipe et le résultat s’en ressent. Certes le dépaysement est là mais ne dure pas longtemps. Un gameplay redondant, une technique en retrait et des features manquantes finissent de nous persuader que ce voyage spatial est dispensable. L’aventure est alléchante mais vous verrez par vous-même que les planètes sont tellement différentes entre elles qu’elles se ressemblent toutes.

Laisser un commentaire 0 commentaire

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Réagir

Vous devez vous connecter pour réagir.

S'inscrire Se connecter