Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Trololo
Search in pages
Bons plans
Tests
Avis des joueurs
Guide d
16

Resident Evil 7 sur PS VR

sur Jeux vidéo PS4
Les plus
  • Un film d'horreur en vrai
  • De la peur et du stress, partout, tout le temps
  • La famille Baker
  • La bande son au top
  • Prise en main niquelle
  • Des passages mentalement et physiquement insupportables
Les moins
  • Des passages mentalement et physiquement insupportables
  • Un aliasing intolérable en 2017
  • Le doublage du héros, futur Daren Tulett sur PES 18
  • Bestiaire pas assez varié
  • Le boss de fin
Niveau
229

Avis :

Testé sur PS4 standard sur PSVR + Casque Audio

 

Notre ami BIBI ayant déjà rédigé un test du titre, mes propos se concentreront surtout sur ce qu’ajoute le VR à l’expérience. Mon échauffement musculaire avait commencé avec le ouffissime « The Evil Within », suivi d’un entrainement cardio fractionné sur « Until Dawn Rush Of Blood VR ». Prêt physiquement, c’est plein de confiance que j’ai inséré la galette dans la PS4. Mais 15 jours après avoir fini le jeu, je ne me suis toujours pas remis du voyage…

 

Y va faire tout noir

Après un long, très long temps de chargement et une cinématique, le jeu et la 3D démarrent enfin. Après le classique  « wouah putain c’est ouf » lié à la 3D, première douche froide : bordel que c’est moche! Je m’explique, RE7 VR est un des jeux les plus aliasés de tous les temps, SURTOUT dans les niveaux très éclairés, et pas de bol! le jeu commence en extérieur, en plein après-midi… Heureusement, le jeu est beaucoup plus agréable pour l’oeil lorsque la lumière est plus faible, pour le coup ça tombe bien car on sera souvent dans le noir…

 

Je vois des gens qui sont morts

En une phrase comme en cinquante : RE7 VR est l’expérience la plus flippante jamais sortie sur console. Un rêve devient réalité pour les fans du genre car pour la première fois, nous sommes littéralement plongés dans un film d’horreur. Une fois l’oeil habitué à l’aliasing, l’immersion est oppressante. Franchir certaines salles du jeu sera un véritable calvaire pour les moins courageux. La sensation de « présence » est folle et la moindre apparition suspecte vous hérissera les poils. Vous allez gémir, comme une dinde à l’approche de Noël, lorsque vous apercevrez un monstre se dirigeant droit sur vous. Vous allez rusher, non pas pour finir le jeu rapidement, mais parce que savez que « à mon avis là-dedans ça pue la merde c’est mort j’y vais pas ».
Pour résumer, mise à part des graphismes que j’aurais aimé plus soignés, c’est du jamais vu, et il y a même certains passages qui me hantent encore…

 

« Coucou, tu veux voir ma pelle ? » Jack Backer.

La jouabilité a été revue pour la version VR : on vise avec les yeux, on avance avec le joy gauche et on tourne « à coup » de joy droite. C’est à dire que les mouvements de caméra avec le joy droit ne sont pas « fluides », tout se fait par « à coup ». Cela parait très con au début, mais finalement, en plus d’ajouter du stress, cette technique permet de fortement réduire les risques de nausées. Idem quant à la visée, assez perturbante au début, elle se révèle être assez précise avec l’habitude.

J’avais adoré Resident Evil 1 sur Psone, mais si il y a bien quelque chose qui m’avait rendu fou à l’époque, ce sont les aller-retour incessants partout dans le manoir afin de savoir où il fallait aller, ou ce qu’il fallait faire. Dans RE7 tout va bien, tout s’enchaîne naturellement, on est jamais perdu et il n’y pas pas d’énigmes improbables à la Silent Hill ! On peut soit faire le jeu d’une traite et rapidement, soit prendre son temps pour explorer tous les recoins et découvrir tous les secrets.

On découvre la maison avec « plaisir » et dézinguer du monstre fait vraiment du bien. Cependant j’aurais aimé un bestiaire un peu plus varié et je ne parlerai pas du manque d’intérêt du boss de fin, car je ne suis pas ici pour insulter violemment des japonais.

 

T’entends ? 

Que l’on soit clair, RE7 VR doit absolument se jouer au casque. D’une part car bon, c’est un jeu d’horreur, et d’autre part car les mecs ont vraiment bien bossé! Musique, sons, voix, tout est parfait! Parfait pour augmenter encore un peu plus le rythme cardiaque. Ces frissons quand le téléphone sonne…. Bref, Capcom aurait pu taper le 10/10 si le studio n’avait pas complètement foiré le doublage du héros. Concrètement, je me demande encore comment ils ont pu validé un truc pareil, que ce soit dans le timbre de voix, dans le ton, ou le jeu d’acteur, c’est une catastrophe!

 

To Vomi or not vomi

Mise à part une session un lendemain de cuite qui a failli mal finir, rien à signaler, le jeu se fait très bien, même en session de 2-3 heures.

 

Laisser un commentaire 0 commentaire

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.