Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Trololo
Search in pages
Bons plans
Tests
Avis des joueurs
Guide d'achat
7

Senran Kagura Estival Versus (PS4)

sur Jeux vidéo PS4
Les plus
  • Graphisme des combattantes agréable
  • Diversité du Roster
  • Parfait pour se rincer l’œil
Les moins
  • Pas d’histoire
  • Gameplay inintéressant
  • Ennuyeux !
Niveau
26

Avis :

Cantonnée (comme le riz) aux consoles portables, la série des Senran Kagura s’aventure sur Playstation 4. Une ile paradisiaque, des jolies filles et des combats ninjas, ça s’annoncent plutôt bien ? Alors voir ce que ce beau représentant des jeux Japonais peut nous proposer !

 

Une autre culture

Oui oui, ce sont des ninjas

 

Pour être franc, la série Senran Kagura m’était étrangère avant ce test. Une façon comme une autre d’avoir un avis sans a priori. Je lance donc la partie et me retrouve transporter dans un univers étrange. Le jeu est décrit comme un beat’em all où plusieurs clan de ninja s’affrontent. OK, sauf que les ninjas en questions sont 20 adolescentes aux proportions plus que généreuses pour leurs âges, qui combattent avec des armes aussi variées que des fusils, des bras fusées ou des pistolets à eaux, dans un camp de vacance sur une iles paradisiaque. Tout est dit. On repassera pour la définition même du ninja. J’aurais du m’en douter quand le générique s’est lancé : 3 minutes de clip avec des gros plans sur les héroïnes en maillot de bain. Qu’on ne se méprenne pas : moi ça me dérange pas mais annoncez la couleur dès le départ. C’est un jeu on se rince l’œil durant toute la partie, clairement orienté pour les Otakus. Mais commençons par le commencement : que vaut le scenario ?

 

Very Visual Novel

Une variété des ennemies exceptionnelle

Une variété des ennemies exceptionnelle

20 Ninjas (j’ai du mal à écrire ninja) faisant partie de 4 clans, sont transportés (la magie, c’est formidable) sur une ile paradisiaque pour s’affronter lors du festival millénaire, une sorte de fêtes pour apaiser les morts, afin de devenir une Kagura, le grade le plus élevé chez les femmes ninjas.

Vous l’aurez compris, l’histoire n’est qu’un prétexte pour des batailles sexy entre jeunes filles dénudés. Les dialogues et autres interactions se font durant toute l’aventure via des Cutscenes sous formes de Visual Novel. C’est ennuyeux, mal écrit et l’humour est bien lourd. Pourtant, ca représentera 75 % de votre aventure qui dure environ 30 heures. Un exemple ? Vous êtes sur ? Haruka veux palper les seins de ses copines mais elles ne veulent pas, alors elles les combats et puisqu’elles ont perdu, elles ont le gage de mettre leurs petites culotes dans la bouche. Voyer le genre. Le pire c’est que quelquefois, les développeurs ne s’embarrassent même pas de faire des dialogues, le scénario se développe sur une image fixe via des phrases écrites. Bon, l’histoire n’est pas au niveau mais que vaut le gameplay alors ?

 

Débarquez-moi

Le mode "joue à la poupée"

Le mode « joue à la poupée »

Le jeu se déroule en mission dans des environnements nombreux mais plutôt étroits et vides. Chacune vous permet d’affronter des vagues d’ennemies identiques et conclue le combat contre une ou plusieurs héroïnes. Pour ne rien vous cacher, c’est ennuyeux et rébarbatif. Les attaques ne sont pas nombreuses : 2 ou 3 combinaisons de touches à retenir pour l’ensemble de casting. C’est bien peu pour le genre. Deux transformations, deux attaques spéciales et terminé. Rein d’autre. De plus l’IA des ennemies est aux fraises. On fonce dans le tas, on se transforme, on lance les attaques spéciales et c’est tout. On peut courir sur les murs mais on ne le fait jamais. Cependant l’un des points forts du jeu (ah enfin), c’est la diversité de son roster. Enfin du point de vue des armes et du look. Certaines ont des armes à distances quand d’autres ont des armes de poing. Dommage qu’elles se jouent toutes de la même manière. Outres le mode histoire, vous pourrez accéder à des missions secondaires qui portent bien leur nom, un mode en ligne très dispensable et le mode galerie, où le principal intérêt est d’habiller(ou de déshabiller) 5 héroïnes au choix dans des positions choisis. Un mini jeu permet même de balader des mains virtuelles sur le corps de ces jeunes femmes. Plus racoleur, tu meurs.

 

Beauty Success

Sur la partie technique, le jeu est très inégal. Bien entendu, Senran Kagura étant un jeu de niche, la ps4 n’est pas poussé dans ses retranchements. Seules les combattantes sont plutôt bien modélisées et les attaques spéciales plutôt bien rendu. On passera d’ailleurs sur la fâcheuse tendance qu’elles ont à déchirer leurs vêtements quand ce n’est pas totalement nu grâce à un finish move bien placé. Pour le reste, les environnements sont dignes d’une PSVITA, géométrique et étriqués, et les ennemis sont des clones aux contours coupés à la serpe. La musique est sans surprise à base de Jpop et deviens vite rébarbative malgré les nombreux thèmes. La chose le plus réussi dans ce jeu est le générique et l’écran titre, c’est pour dire.

 

A vouloir aguicher le joueur à base de pose suggestives, de vêtements déchiré et de poitrine opulente, Senran Kagura Estival Versus en oubli d’être un jeu vidéo. Gameplay vide et rébarbatif, technique inégale, le jeu nous entraine dans un monde où les ninjas sont des allumeuses. A part pour apprécier les modèle 3D d’une vingtaine de jeunes filles, rien ne sert de vous jeter sur cet épisode. Et ce n’est pas avec le scénario que vous allez en redemander, il est au abonné absent. Même si ils sont en nombre et volumineux, les boobs ne suffisent pas.

Laisser un commentaire 0 commentaire

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Réagir

Vous devez vous connecter pour réagir.

S'inscrire Se connecter