Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Trololo
Search in pages
Bons plans
Tests
Avis des joueurs
Guide d
19

Incognito

sur Musique
Les plus
  • Rock
Les moins
  • Aucun
Niveau
8

Avis :

 »… Dans ma mémoire

De mon futur il ne me reste plus rien

Que ton image

Qui me rappelle les souvenirs de demain… »

Ceci est un extrait de Visage, troisième titre de l’album.

Ce dernier est sorti en 1985, comme Retour vers le Futur.

A lire ces paroles de Polnareff et au vu du sujet traité par Zemeckis dans son film, une question se pose ; le voyage dans le temps serait-il le thème de prédilection des hommes du passé ? Cela doit être sûrement dû à un accroissement de la pesanteur… Ça c’était en réponse à Doc Brown. Ben quoi ? Il nous vanne dans le futur, on peut bien le vanner dans le passé, non ?

Incognito a gardé quelques traces sonores de l’époque qui l’a vu naître. Mais n’en a jamais porté ses clichés.

Le titre Dans la rue, par exemple transpire la folie optimiste de nombres de chansons de cette période. Mais à l’écouter plus attentivement, on sent que Polnareff a bien sa touche personnelle qui ne ressemble à aucune autre.

Bien sûr, un album de Polnareff se sont aussi des paroles qu’on aime à écouter plusieurs fois pour en saisir toute les subtilités de langage.  Bronzer Vert ou encore Y’a que pas pouvoir qu’on peut, pour ne citer qu’eux.

En novembre 2018 sort le prochain album du chanteur. Et Polnareff c’est un peu comme Kubrick. Ça arrive rarement. Mais quand c’est là, on prend son pied !

Encore ces histoires de pied ? Les pieds seraient-ils devenus le point sensible des hommes du futur ? C’est sûrement dû à un accroissement de la pesanteur…

Oui, finalement Doc Brown avait raison.

Bonne écoute.

 

 

Laisser un commentaire 0 commentaire

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Réagir

Vous devez vous connecter pour réagir.

S'inscrire Se connecter