Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Trololo
Search in pages
Bons plans
Tests
Avis des joueurs
Guide d'achat

L’eternel joueur insatisfait : le cercle infernal

Ouais c’était mieux avant. Le premier épisode de toute façon >> ALL. PFFFFF, encore un jeu de foot. Et il savent pas faire autre chose que des remaster sinon ? C’est beaucoup trop cher pour ce que c’est. Ils auraient dû de toute façon le tuer. Ils auraient du développer le jeu encore 2 ans avant de le sortir…

Toutes ces phrases doivent surement vous dire quelque chose…Si je suis pour la critique constructive, objective dans le jeu vidéo ou le cinéma, je suis particulièrement allergique à un phénomène qui m’épuise rien qu’à le décrire : l’éternelle insatisfaction du joueur. Des joueurs qui arpentent à longueur de journées certains forums jeux vidéo / cinéma pour y partager la plupart du temps leur frustration et leurs différentes critiques. Sans aucune nuance, sans aucune distinction, sans aucune mesure, sans aucune limite. 

Si nous l’avons tous fait (encore heureux) à un moment donné de notre vie de joueur, certains sont cependant passés maîtres dans l’art de ne plus rien aimer, d’avoir même développer une faculté pour voir en tout premier les défauts d’une oeuvre, à défaut de l’apprécier dans un ensemble. Le cercle infernal de l’éternel joueur insatisfait peut débuter.

Il est possible de déceler encore et toujours les mêmes joueurs insatisfaits dans bon nombre de jeux. Néanmoins, il faut dire qu’ils excellent particulièrement dans les jeux multijoueurs et plus particulièrement les jeux de foot. C’est le cas par exemple pour la franchise PES en nette progrès depuis maintenant plus de 4 ans et pourtant décriée pour une histoire de filets ou encore de neige. Bien souvent également, cette tendance la critique « pleine puissance » est liée aux mauvaises performances de joueurs dans des jeux multijoueurs. Après tout, « ce jeu c’est de la merde, l’IA est bugguée ». Si par moments, c’est vraiment le cas, dans 90 % des cas restants, nous aimons nous auto persuadé que la déception de la défaite provient non pas de notre manque de talent manette en mains mais du jeu que nous avons en face de nous, de la connexion internet qui a laggué (alors que l’on ne relève jamais les cas où ce lag nous avantage dans un jeu 🙂 ).

Alors j’entends bien les doléances (légitimes) ainsi que les critiques (constructives) autour d’un jeu comme PES ou FIFA par exemple, mais de là à en faire une fixation du type >> si les filets ne sont pas bons, je ne jouerai pas au jeu cette année, je trouve ça tout simplement hallucinant…et triste.

Triste dans le sens où que cela soit pour PES ou n’importe quel jeu, l’éternel joueur insatisfait ne trouvera au final jamais le bonheur pad en mains. A quoi bon cela sert donc de commenter, critiquer, faire remonter des défauts anodins dans une oeuvre majeure ? C’est une excellente question qui a de multiples réponses : trolls, personnes voulant se rendre intéressantes, personnes pensant que les réseaux sociaux et internet = la vraie vie, personnes qui cherchent une excuse à leur manque de « Skills » pour se rassurer… Et j’en oublie certainement.

Une fois de plus la barrière du web et du virtuel permets de faire remonter de tout et de rien (la plupart de rien) avec par extension un autre phénomène lié au joueur éternellement insatisfait : la polémique. Celle-ci va bien entendu de paire avec le bagage « technique » du joueur qui ne sait plus aimer à travers de sa passion. C’est voir le mal partout et surtout là où il n’a strictement aucune raison d’être. C’est ne plus savoir donner une chance et fermer les yeux par moments pour ne voir que ce qu’il y a de meilleur dans un jeu vidéo ou le cinéma au lieu d’y voir ce qu’il y a de pire. Et quelque part, ça me rends triste pour ces joueurs qui passent sans le savoir à côté d’expériences vidéoludiques enrichissantes et parfois même fantastiques pour un « défaut » à la con.

Avoir l’esprit critique est une chose, fermer son esprit de manière critique en est une autre. Malheureusement, bien souvent les deux se confondent dans l’univers du jeu vidéo et du cinéma.

Un cercle infernal je vous dis. N’y mettez jamais les pieds.

Choco
Rédacteur
Suivre sur :
Qu'on apporte du bois et de l'huile ! Denethor, fils d'Ecthelion
Laisser un commentaire 0 commentaire

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Réagir

Vous devez vous connecter pour réagir.

S'inscrire Se connecter

A voir également