Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Trololo
Search in pages
Bons plans
Tests
Avis des joueurs
Guide d

Test de Vampyr (Xbox One X) : le saigneur de Londres

Dans Vampyr, le studio DONTNOD vous propose dans son jeu d’aventure d’en incarner un. C’est assez rare pour être signalé. De mémoire de joueur, je me souviens de Blood Omen Legacy of Kain (1996), de ses suites et autres spin-off. On peut citer également Castlavania Symphony of the Night (1997). Autant de titres majeurs et cultes… et d’une toute autre époque ! Rien que pour ça, Vampyr intrigue et interpelle. Et si, comme moi, vous ne supportez ni le soleil ni l’ail, ça vaut le cou(p) de se pencher sur la bête… Après avoir terminé le jeu, voici mon verdict dans le test Vampyr.

 

Test Vampyr : plus que Londres d’elle même

test vampyr

Dès le prologue, le ton est donné… épidémie, misère et vampire

 

Londres, 1918. La ville est exsangue. La grippe espagnole décime aveuglément et la guerre ravage encore l’Europe. Vous incarnez Jonathan Reid, un médecin de retour du front. Vous vous réveillez dans une fosse commune où gisent les dernières victimes de l’épidémie… et avec une soif inextinguible de sang. Vous n’avez pas été simplement victime d’un meurtre, non. Vous êtes devenu un immortel, un vampire. Tout l’enjeu de Vampyr sera de découvrir qui vous a changé et pourquoi. Sur fond de fantastique, d’enquête médico-policière et d’imagerie classique autour du vampirisme, Vampyr déroule une histoire sombre et passionnante.

Créature de la nuit oblige, vous ne pouvez arpenter les quatre quartiers de Londres que la nuit. Les Docks, le Pembroke Hospital (qui sert de repère), Whitechapel et le riche West End offrent un terrain de chasse a priori limité. Mais a priori seulement. Car au final, leur exploration complète demandera pas mal de temps du fait de la présence de cachettes, raccourcis et antres de vampires. Et c’est sans compter sur de nombreux PNJ noctambules errant inlassablement dans les rues, avec chacun son histoire et souvent une mission secondaire à accomplir. Ainsi, entre quêtes principales et optionnelles, le jeu se boucle en 30 heures.

 

Test Vampyr : un charme so british

test vampyr

À chaque quartier, ses citoyens plus ou moins malades… un futur tableau de chasse ?

 

Dans ce RPG à la 3ème personne, une partie de l’aventure consiste à dialoguer avec de nombreux habitants. Ceux-ci offrent une plongée quasi-sociologique dans les mœurs de l’époque. Du pauvre hère cantonné dans les docks à l’infirmière barrée par les docteurs juste du fait d’être une femme… Très instructif sur le carcan de la société britannique sur le point de basculer dans un nouveau monde à la sortie de la guerre. Outre cet aspect passionnant, quel est le but des discussions ? Si vous choisissez de conserver votre part d’humanité et de médecin, ce sera de soigner les habitants.

Mais si vous embrassez à cœur perdu votre nouvel état de vampire, ce seront des repas ambulants. En effet, chaque PNJ dispose d’une jauge de sang matérialisant un nombre d’XP. Et en leurs parlant, vous en découvrirez les facettes plus ou moins glorieuses et augmenterez de facto la qualité du sang. Il vous restera alors à les charmer et dévorer leur sang.

Mais cela ne sera pas sans conséquence. Etreignez un innocent et le niveau sanitaire du quartier en pâtira, les prix des marchands augmenteront. Au-delà d’un niveau critique, le quartier sombrera littéralement dans le chaos. Le choix de dévorer les patients vous incombe totalement et a un énorme impact sur la difficulté du jeu. Car les missions en elle-même et les combats ne rapportent pas une quantité folle d’XP. Vous vous contentez de soigner vos patients ? Ainsi, Londres survira tant bien que mal aux fléaux qui la frappent , mais vous en baverez. Mais si votre soif de sang l’emporte, vous glanerez beaucoup de points d’expérience et rendrez le jeu plus facile.

 

Test Vampyr : être un vampire, le combat de toute une non-vie

test vampyr

Londres, ville accueillante… ici des chasseurs de vampire d’élite.

 

Contre des points d’expérience, vous pourrez choisir parmi des pouvoirs classiques de vampires : coup de griffe, paralysie de la cible, morsure… pas de surprise à ce niveau. Comme dit plus haut, plus vous laisserez parler le vampire en vous, plus vous pourrez acquérir des compétences et les améliorer. La sensation de puissance est d’ailleurs réellement au rendez vous si vous succombez au coté obscur. Sinon, préparez vous à des combats longs et un brin pénibles.

Outre les pouvoirs vampiriques, vous disposez de tout un arsenal d’époque : des armes de corps à corps, blanches, des pieux, des pistolets et autres fusils. Beaucoup font évidement des dégâts mais  d’autres se contentent d’assommer. Ce dernier aspect vous permet de boire le sang de votre ennemi en plein combat. Soit autant d’occasions de se soigner et de remplir sa jauge de sang permettant d’utiliser les pouvoirs.

Malheureusement, malgré un système de ciblage, les combats sont brouillons. Reste des pouvoirs vampiriques bien badass qui rendent un peu moins rigides les affrontements. Ceux-ci se déroulent contre des chasseurs de vampires ou contre des vampires inférieurs ou supérieurs. Malheureusement, les ennemis ne sont guère variés. On a la fâcheuse impression de dégommer tout le temps le même suceur de sang.

Enfin, outre la jauge de santé et de sang (le mana), à noter la présence d’une barre d’endurance qui sanctionne tout bourrinage écervelé. Preuve s’il était besoin de l’imprégnation de la saga des Dark Souls dans le jeu vidéo.

 

Test Vampyr : Lovecraft, ça veut dire « aimer bricoler » ?

test vampyr

Comme un Sorceleur, le vampire dispose de sens aiguisé pour suivre une piste sanguinolente.

 

En tant que médecin, vous savez préparer des médicaments à partir de substances glanées ici ou là. (Et en tant que vampire, on sait comment vos patients vont finir…). Vous pouvez également fabriquer des seringues pour vous soigner en plein combat, vous redonner de l’endurance.

Mais pas seulement, vous voilà bizarrement spécialiste en armes de tout genre… du fait de votre passé de médecin militaire ? Nul ne sait, ce point (certes anecdotique) n’est  justifié à aucun moment. Toujours est-il que votre arsenal est améliorable de façon classique dans un jeu d’aventure. De la qualité « grise » de base à la couleur « orange » de l’excellence,  vous pourrez même placer des mods. Pour vaincre des créatures surnaturelles, rendre les munitions d’un fusil incendiaires semble une bonne idée, non ?

 

Test de Vampyr : London by night

test vampyr

Londres, poisseuse, brumeuse et pluvieuse.

 

Dans Vampyr, un soin énorme a été apporté à l’ambiance. Londres est poisseuse et brumeuse à souhait. Malgré des graphismes moyens, déambuler dans Whitechapel ou vider un nid de vampire dans une maison abandonnée vaut le détour. Techniquement, le jeu est assez bien fini : pas de crash ou de bug majeur constaté. Par contre, quand votre personnage se met à courir, le fps peine à rester à 30 images par secondes. En outre, les temps de chargement sont parfois un peu longs. Heureusement, ils ne sont pas excessivement nombreux. Par ailleurs, Le jeu offre une VOST et des dialogues soignés.

Détail agaçant, il apparait clairement que les menus ont été pensés pour le PC, avec un curseur à déplacer. Pas optimal avec la manette. Autre déception : pas de système de téléportation. OK, la ville n’est pas non plus immense mais j’aurais bien aimé pouvoir passer d’un repère à l’autre en un clin d’œil. Dommage.

 

Test de Vampyr : Conclusion

Mêlant fantastique, ésotérisme et réalité historique, vous serez happé par ce bon jeu d’aventure. Malgré quelques problèmes d’optimisation (les FPS) et d’ergonomie (les menus, pas de téléportation), les 30 heures nécessaires pour terminer l’aventure passent sans s’en rendre compte. Et, pour en goûter toute la saveur, il ne faudra pas hésiter à relancer une partie pour explorer tous les embranchements de l’histoire. Enfin, si vous passez outre les graphismes corrects, il semble évident que le Londres du début du XXème siècle est le cadre idéal pour ce récit. Entre les brumes et le charbon, entre les cadavres et les morts-vivant, entre les rues à feu et à sang et les appartements cloacaux, l’ambiance de Vampyr est à couper le souffle.

15
Test de Vampyr (Xbox One X) : le saigneur de Londres
Les plus
  • Une histoire de vampire à la hauteur
  • Une ambiance sombre et glauque...
  • Le système de difficulté
  • Les citoyens, leurs états d'âmes et fêlures
  • Une plongée passionnante dans la société britannique du début du XXème siècle
Les moins
  • Des combats confus par moments
  • ... malgré des graphismes moyens
  • Les chutes de FPS
  • Pas de système de téléportation
Graphismes 14
Gameplay 15
Son 16
Durée de vie 15
Bibi
Rédacteur
Suivre sur :
Je ne suis pas fou, ce sont les autres qui ne le sont pas assez

Meilleur bon plan

Derniers commentaires

Laisser un commentaire 1 commentaire

Réagir

Vous devez vous connecter pour réagir. S'inscrire / Se connecter

A voir également