Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Trololo
Search in pages
Bons plans
Tests
Avis des joueurs
Guide d'achat

PES 2016 (Test Démo PS4) : une version de gala ?

Comme beaucoup de fans de la série Pro Evolution Soccer, j’aurai guetté impatiemment cette date du 13 août 2015 dans mon calendrier. Après m’être essayé à plusieurs reprises au jeu dans les locaux de Konami, j’ai donc moi aussi téléchargé la fameuse démo de PES 2016. En attendant le vidéo test prévu pour demain, voici donc mes impressions sur la version actuelle. Cet avis se base sur plusieurs heures de jeu réparties sur plusieurs jours face à l’IA et un joueur humain. L’espoir a-t-il laissé la place à l’inquiétude ? 

 

Un jeu au potentiel monstrueux

Comme je l’ai déjà dit dans ma preview Gameblog, Konami tient avec PES 2016 un jeu au potentiel monstrueux. Sa principale force ? Son gameplay qui transpire le football. Nouvelles animations, joueurs beaucoup plus fluides, disparition presque totale du « super cancel » offrant beaucoup plus d’options pour défendre aux joueurs novices mais aussi expérimentés, moteur de collision, gardiens en net progrès, dans l’ensemble, les efforts de Kei Masuda et son équipe sont tout à fait louables.

Graphiquement, le jeu a également subit un petit lifting fort appréciable avec des textures et des visages globalement plus fins. En comparaison de la version Gamescom, j’ai également noté moins d’aliasing sur PS4 (à voir ce qu’il en sera sur Xbox One).

Globalement, j’ai pris du plaisir à jouer à cette démo avec du fun immédiat qui annonce des parties détentes vraiment agréables. Mais qu’en est-il des joueurs un peu plus chevronnés qui rechercheront davantage une simulation plus manuelle où un jeu vraiment équilibrer en ligne ?  Là, l’interrogation est totale et peut susciter une inquiétude, légitime.

 

Les interrogations de la démo

pes 2016 preview démo

Jeu aérien, moteur de collision, fluidité, le PES de cette année envoie une version salade tomate oignon de son gameplay sur le terrain.

Contrairement à la version Gamescom, la démo publiée par Konami a suscité de nombreuses interrogations. À commencer par cette vitesse de jeu un peu trop rapide, les quelques bugs liés à l’IA ou encore le comportement parfois étrange de gardiens sur les duels. J’ai pu lire beaucoup de choses durant ces derniers jours mais je me suis retenu de réagir dans la précipitation en continuant ma phase de tests sur plusieurs matchs, face à l’IA et face à un joueur humain. Non je n’ai pas « esquivé » la question comme j’ai pu le lire…Oui, j’étais en phase d’observation comme Super Nanny à constater tristement le nombre d’avis « bistrots » expédiés à la va vite et parfois totalement en décalage par rapport à la qualité de la démo…gratuite (oui je le rappelle car vu les critiques, certains donnent l’impression d’avoir payé pour jouer à cette version d’essai…).

 

Aucun recul, aucune perspective, aucune nuance mais énormément de précipitation qui me désolent et je vais vous dire pourquoi. Cela me désole car comment voulez-vous que Konami prenne en compte des retours de joueurs tirant à la mitraillette de manière très approximatives leurs balles de « défauts ». À force de crier au loup, les avis deviennent beaucoup moins crédibles ce qui aura pour conséquence malheureuse l’impossibilité de corriger justement des défauts majeurs existants. L’attitude polémique d’Adam Bhatti sur Twitter bloquant les comptes « critiques » va hélas dans ce sens j’imagine

Je ne cherche pas à défendre le personnage mais quand vous avez une centaine de personnes qui crient au feu des semaines durant sans pour autant qu’il n’y ait la moindre étincelle et que quelques jours plus tard, un autre groupe de cent personnes annoncent une tempête de neige réelle cette fois-ci (non, je n’ai pas fait exprès de choisir l’exemple de la neige par rapport aux promesses de Bhatti quant à sa présence dans PES 2016), comment voulez-vous être pris au sérieux ? De plus, un jeu vidéo n’est pas une wishlist répondant aux souhaits de chacun. Il y a un bonhomme assez enveloppé vêtu de rouge qui s’occupe de cela chaque année à la date du 25 décembre.

test-demo-pes-2017-gollum2

« J’ai pris un but sur une passe en profondeur donc cette année sûr et certain ça sera les L1 triangle, non non, j’aime pas, je veux un jeu parfait, je veux mon précieux »

Cette histoire va trop loin. Il fut un temps où des joueurs achetaient des jeux à partir de jaquettes, sans avoir aucune information au préalable…Dorénavant, je trouve la situation limite malsaine avec des joueurs mettant une pression monstre sur des développeurs devant sortir des jeux toujours plus rapidement avec toujours plus de contraintes. C’est de la folie et il serait peut être temps que des joueurs s’en rendent compte : un jeu fait à la demande c’est la mort du jeu vidéo. Où est le plaisir de la découverte dans tout cela ?

Car un jeu vidéo est avant tout un concept que souhaitent faire passer des développeurs aux joueurs. Il peut être critiqué, remis en cause, dénoncé mais toujours dans le respect et la courtoisie minimum. Deux notions qui semblent voler en éclat lorsqu’il s’agit de s’installer confortablement derrière son écran d’ordinateur et son clavier.

 

Ce qui m’a gêné dans cette démo

En pensant agir pour le bien de la communauté PES, beaucoup de fans ne se rendent pas compte du message négatif qu’ils peuvent envoyer à un éditeur pourtant prêt à faire des changements sur la base d’avis. Mais pour que ces changements soient pris un jour en compte, il serait peut être temps d’y mettre les formes pour distinguer un avis PMU d’une véritable critique constructive capable d’interpeller l’équipe de développement (ce sont des êtres humains au passage) sur des points spécifiques. En procédant de manière méthodique, organisée et intelligente. Se plaindre sans en expliquer les raisons exactes n’a jamais fait avancer quoique ce soit.

Cela dit il y a un certain paradoxe dans toute cette histoire car je comprends également par moments ces réactions virulentes. Le jeu a un potentiel assez fou mais semble prendre une direction qui rappelle par moments trop souvent ce que fait ou a pu faire dans le passé un FIFA. Voici donc les « soucis » que j’ai pu relever dans cette version 😉

Contrairement à la version Gamescom, ce qui m’a de suite étonné était la vitesse de jeu assez élevée. Pas forcément celle liée aux mouvements des joueurs (même si je trouve certaines courses parfois un peu rapide), mais plus celle du ballon. Avec des passes parfois supersoniques ayant très peu de différences entre elles, j’ai parfois eu la sensation de me retrouver face à un FIFA bis. Un peu de lourdeur supplémentaire dans ce ballon, de différences dans son animation, sa vitesse ne ferait pas de mal dans le code final.

Par défaut, les passes en profondeur dans le dos de la défense peuvent faire mal si l’on se foire en défense

Et de ce côté là, je me permets de vous rappeler que la démo de PES 2015 présentait le même défaut du ballon qui « roule » sans aucun rebond sur la pelouse. Même si la vitesse globale était « moins rapide » que celle de PES 2016, un petit souvenir s’impose :

L’autre point qui m’aura quelque peu dérangé dans cette version démo est la facilité pour faire circuler le ballon. Que cela soit par défaut ou en mode FUMA, il est très difficile de « manquer » une passe. Je ne parle pas d’interception mais bien de manquer une passe avec une mauvaise direction ou puissance. Un fait témoignant de l’assistance bien présente en configuration manuelle : l’impossibilité de se faire une passe à soi même…

Le jeu reste assez simple même si marquer en Superstar ou face à un joueur expérimenté peut rapidement devenir difficile…

Le jeu en l’état actuel est donc beaucoup trop assisté à mon goût même si en 1 vs 1 contre un joueur humain il reste de part son gameplay nerveux assez difficile (pour ne pas dire impossible) d’obtenir le même taux de passe réussies que face à l’IA. Si vous avez donc joué uniquement contre l’ordinateur (même en niveau superstar), il serait peut être temps pour vous de découvrir le plaisir que l’on peut prendre en jouant face à un ami sur la démo. À défaut d’avoir une véritable simulation, on a donc un jeu de football misant sur le côté spectaculaire et l’attaque comme sur ce but assez dingue de Neymar. Une démo de gala pour charmer les joueurs FIFA vous avez dit ? Les prémices d’une orientation semi-arcade totalement assumée ?

 

Une tendance vers le semi-arcade ?

 

communautc3a9-fuma

Quand je parle du Fuma et d’une simulation poussée pour PES 2016 sur internet…On a que ce que l’on mérite les enfants.

Face à ce « défaut » d’un jeu « trop facile », j’ai essayé de penser au niveau global et non pas au niveau individuel. Certes je suis un grand fan du mode manuel et de la simulation pure et dur mais est-ce vraiment ce que souhaite aujourd’hui la majorité des joueurs sur PES ? Il faut bien avouer que ni vous ni moi avons la moindre idée des dernières tendances de ce côté là et que par conséquence, jouer la carte du fun immédiat qui a toujours été présent dans la série PES reste quelque chose de très intelligent (d’un point de vue marketing hein) de la part des équipes de Konami.

Oui, ressortez PES 6 et dites moi si vous ne trouvez pas le jeu nerveux, rapide, et assez simple pour marquer, cela ne nous a pas empêché de kiffer comme des dingues à l’époque avec des matchs assez épiques par moments. Je dirais donc qu’il est important pour beaucoup de joueurs de distinguer ce qui relève de l’amélioration pour satisfaire « le plus grand nombre », de la demande spécifique pour une communauté. Entre un jeu de foot fun, spectactulaire, dynamique et un jeu de foot réaliste, plus lent, plus lourd, que souhaite la majorité des joueurs ? Et bien j’ai envie de répondre la première option au vue du succès fou de la série FIFA sur ces dernières années.

De plus, certains oublient également le facteur « expérience » qui joue de plus en plus chaque année. En effet, si vous êtes un habitué de la série PES ou FIFA, le jeu par défaut deviendra forcément plus simple pour vous de part votre historique de joueur expérimenté. Ce n’est pas pour rien que je suis donc passé en Fuma l’an passé sur PES 2015. J’avais fait le tour de la version « par défaut ». Et en parlant de mode Fuma, même si celui de PES 2016 reste plus accessible, plus simple, il permet de jouer des matchs plus serrés (face à l’IA ou un joueur et particulièrement en configuration vitesse -1) avec un minimum de challenge à la hauteur des vétérans de la série Pro Evolution Soccer.

 

Les gardiens, les CPA, la réalisation, les modes de jeu ?

parade-de-neuer

Neuer avec une parade de hand, player ID vous avez dit ?

Côté gardiens, je trouve que ces derniers sont globalement au niveau bien qu’un peu juste sur les 1 contre 1 (quand on ne le prends pas manuellement). Là également, qu’avons-nous de concret pour affirmer de manière sûre et limite « éternelle » qu’ils sont « à la rue » comme j’ai pu le lire parfois. Un gardien à la rue sortirait-il des parades comme nous avons pu le voir dans la première petite compilation de gameplay de Weedens ? 

Pourquoi se laisser entraîner par des anecdotes dans des jugements hâtifs ? Sur 100 matchs joués, combien de fois votre gardien vous aura sauvé les miches ? Sur 100 matchs joués, combien de fois votre gardien aura commis une erreur irréparable dans un match ? Confondez impressions et vérités et vous avez là le cocktail parfait pour votre avis-mojito saveur PMU avec supplément « tous des pourris ». D’ailleurs sur ce point je n’arrive pas à comprendre ce que certains joueurs veulent… Des gardiens parfaits qui arrêtent tout ? Soyons sérieux un instant, on parle d’un jeu vidéo. Prendre un but sur une boulette de son gardien de temps en temps fait partie du fun car on est quand même bien content quand cela arrive à notre adversaire…comme dans la réalité en fait.

Je pense surtout qu’au lieu de chasser les mouches, il faudrait se concentrer sur un SEUL domaine clairement critique dans lequel les joueurs s’accordent pour dire que l’on ne peut plus continuer comme cela : le secteur des coups de pieds arrêtés (pénalty, coups francs, corners). Je le dis de la plus simple des manières : ils sont vraiment totalement dépassés dans ce PES et je tiendrais strictement le même discours vis à vis de FIFA. Aucun risque n’est pris de la part des deux éditeurs (si ce n’est dans FIFA Coupe du Monde 2010 avec les combinaisons que l’on pouvait sortir, j’attends FIFA 16 au tournant de ce côté là…). Si tirer un coup franc (direct ou indirect) serait un exercice plus difficile, nous serions beaucoup moins nombreux à expédier ces phases arrêtées qui ne me procurent aucun plaisir manette en main.

pes-2016-mode-ralenti-donne-pas-envie

Le système de ralenti de PES 3 en 2015. Dois-je vraiment commenter ?

Enfin, toujours concernant la notion de plaisir, comment savourer un but ou une superbe action si la réalisation TV, totalement dépassée aujourd’hui, ne propose presque jamais les meilleurs angles de vue ? Pourquoi ne pas proposer un véritable highlights (que l’on peut enregistrer dans sa totalité…) avec plus de faits marquants comme des altercations, des tacles appuyés, des gestes défensifs, des parades et bien évidemment des actions de buts ? Là également, de nombreux retours ont noté ces lacunes du titre par rapport à un FIFA toujours au top dans ce domaine mais également perfectible.

Enfin dernier point noir que je relève depuis le mois de juin : l’absence d’information sur le jeu en ligne ou les modes de jeu. Retour du 2 vs 2 ? Mode My Club moins fermé ? J’ai peu d’espoirs quant à de véritables progrès dans ces domaines. À vrai dire je ne pourrais donc qu’être agréablement surpris en cas d’évolution…mais ce silence radio n’annonce rien de bon. Il est hors de question que je me coltine une année de plus des parties 2 contre 2 sur des serveurs irlandais dans un lobby 11 contre 11, dans un seul et même stade toute l’année, tous les soirs. Trop, c’est trop. 

Cette démo de PES 2016, malgré ses points noirs continue de me divertir. Oui je prends du plaisir à y jouer, que cela soit face à l’IA ou face à un joueur humain. Toutefois, je reste sur l’impression que le gameplay du jeu gagnerait davantage à être plus exigeant, plus simulation. Du semi-arcade n’a jamais été totalement désagréable dans un jeu de foot et dans ce domaine, je pense que PES 2016 peut exceller si le jeu en ligne ne révèle pas des failles trop importantes pour gâcher l’expérience. Rendez-vous le 17 septembre pour ces premiers éléments de réponse, d’ici là, je retourne faire un match. Pour le fun.

16
PES 2016 (Test Démo PS4) : une version de gala ?
Les plus
  • Graphiquement très réussi
  • Un gameplay fun surtout en 2 vs 2
  • La modélisation des visages : bluffante
  • Les possibilités tactiques
Les moins
  • Les menus, l'interface, l'enrobage qui ne donne pas envie de jouer
  • Contenu et réalisation qui commencent à dater
  • Trop d'assistance à la frappe / passe
  • Un mode Fuma clairement sous exploité
  • Les ralentis, d'un autre temps
  • Le manque de prise de risque de la licence
Graphismes 17
Gameplay 16
Son 8
Choco
Rédacteur
Suivre sur :
Qu'on apporte du bois et de l'huile ! Denethor, fils d'Ecthelion

Derniers commentaires

Laisser un commentaire 0 commentaire

Il n'y a aucun commentaire pour le moment.

Réagir

Vous devez vous connecter pour réagir.

S'inscrire Se connecter

A voir également