Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Trololo
Search in pages
Bons plans
Tests
Avis des joueurs
Guide d

Test de Nier Automata (PS4) : un goût d’inachevé

C’est avec un sentiment assez étrange que je rédige ce test de Nier Automata. Un peu comme lorsque vous sortez d’une séance de cinéma où vous venez de voir un film sans savoir trop quoi en penser.

Pour Nier Automata, tout commence de manière euphorique pour finir de manière sceptique. Je vais couper court au suspens : oui, le jeu dans son premier run m’a déçu. On dit souvent que le concept de New Game + est à double tranchant, qu’il peut servir comme désservir. Voici donc mon verdict sur le jeu en « experience one shot » sans entrer dans le délire complètement farfelu de Square Enix de recommencer un jeu 5 fois afin d’en saisir tous les tenants et aboutissants.

Test Nier Automata réalisé à partir d’une version commerciale du jeu. Aucun spoiler.

 

Test Nier Automata : un univers futuriste réussi

 

 

Graphiquement, Nier Automata alterne le bon et le moins bon.

 

Les évènements de Nier Automata se déroulent dans le même monde que Nier premier du nom mais dans un futur lointain, très lointain. Vous incarnez un androïd du nom de 2B et êtes envoyés sur terre afin de combattre les machines ayant chassé l’humanité. Le pitch apparaît simpliste raconté de la sorte, avec des personnages assez caracitaraux aux premiers abords et pourtant…L’histoire de Nier Automata aborde des thèmes très sérieux comme la notion d’existence, du « moi » ou encore de la nature humaine. Sérieusement, en J-RPG, ça fait du bien de retrouver un bon travail d’écriture et c’est clairement ce qui avait fait la différence de mon côté sur le premier opus.

Certains dialogues de ce nouvel épisode (et certaines références / clins d’oeil au premier opus) sont d’ailleurs particulièrement bien pensés avec un doublage japonais ou anglais d’excellente qualité. Dans l’ensemble, l’univers futuriste de Nier Automata est réussit (si on oublie sa technique limitée). Le level design est loin d’être baclé mais souffre de textures dépassées et d’un manque de détails flagrant. Un peu comme la carte du monde particulièrement dégueulasse et incompréhensible.

 

Voici la carte du monde. Toute grise, toute vilaine, et parfaitement incompréhensible. Ex : je dois atteindre le point rouge sur la carte mais aucun passage ne me permet d’y arriver. Pour trouver mon chemin, je dois…

 

…pivoter la carte et essayer de trouver une entrée afin d’atteindre le point en sous sol. Ka-ka-ka-kamouloxxxx !

 

Ajoutez à cela des décors vides (très vides), une fonction téléportation que vous débloquez très rapidement dans le jeu et voilà comment vous réussissez à détacher le joueur sur l’aspect « monde ouvert » / exploration.

Alors oui, on pourra toujours dire que Nier Automata propose du 60 FPS stable pendant 90 % du temps, mais sérieusement, certaines textures nous renvoient directement à la génération de consoles précédentes (nous sommes en 2017 hein). Encore un exemple de jeu qui prouve que les développeurs japonais ont bel et bien du mal en ce moment avec la technique de leurs productions, si l’on met de côté un Final Fantasy XV nettement au dessus du lot (et en attendant Persona 5 que je découvrirai la semaine prochaine).

 

Test Nier Automata : un gameplay (trop) dynamique et bordélique

 

Où est Charlie. Perso, j’ai pris ce screenshot moi-même et je suis incapable de me situer sur l’action. Cependant, dans la plupart des situations, la caméra reste quand même bien placée.

 

Mais venons-en au gameplay en lui même concocté par les équipes de Platinum Games auxquelles nous devons l’excellent Bayonetta. Celui-ci est clairement original puisqu’il alterne souvent les genres : beathem all, shoothem up, plateforme avec un équilibre bien pensé et une justesse dans la transiition. Un exercice d’équilibriste maîtrisé tout simplement à la perfection. Le jeu est fun, on comprend rapidement les ficelles et en développant certaines armes et compétences (aspect RPG du soft), il est possible de varier ses enchaînements et ses combats dans un déluge de coups  et d’esquives somptueux. C’est du lourd, c’est de la bonne, on kiff pendant 4 heures bien comme il faut.

Malheureusement, si les premières heures du jeu ne tombent pas dans le piège de la surenchère, ce n’est malheureusement pas le cas de la deuxième et troisième partie de Nier Automata où la gestion de ses puces (à travers un système tellement mal expliqué) ainsi que le trop grand nombre d’ennemis à l’écran vous donneront des crampes aux pouces. À ce moment là du jeu, le gameplay part un petit peu en sucette. Un peu comme le solo de Marty Mac Fly dans Retour Vers le Futur pour illustrer mes propos.

 

Le menu de personnalisation des compétences. Des puces à installer via un système vraiment bordélique. Les possibilités sont nombreuses mais à l’image d’un Nioh, le menu pourra en décourager plus d’un.

 

Malgré quelques phases vraiment stylées, le jeu peine à se renouveler vers la fin en raison d’un « bestiaire » trop peu varié et sans grandes surprises.

 

La surenchère est telle sur la fin du jeu, qu’on ne sent plus le goût du titre auquel on est en train de jouer.Comme si les développeurs s’étaient totalement enflammés et avaient décidés de lâcher l’intégralité des épices dans leur plat. Certains aimeront cette orgie et ce côté très bourrin sur la fin, de mon côté j’ai trouvé cela dommage et bâclé. Surtout quand on sait que Nier Automata aurait dû proposer un mode coopération. Hein, de quoi, comment ? Oui, un mode coopération.

 

Test Nier Automata : et si on devait y jouer à deux ?

 

Dans le registre shooter, le gameplay de Nier Automata est très bon. Quel dommage de ne pas pouvoir y jouer en coopération. Au centre mon vaisseau, à droite le vaisseau contrôlé par un bot…

 

Lors de certaines phases de gameplay où l’ennemi vous attaquera en masse (en beathem all ou en shoothem up), vous vous sentirez bien seul malgré la présence de 9S contrôlé par l’ordinateur. Alors certes, il est possible de lui donner quelques ordres (comme favorisé, l’attaque ou rester plus en retrait) mais j’ai surtout l’impression de revivre ce que j’avais vécu en partie avec Resident Evil 4 avec un bot totalement inutile.

Le constat est encore plus alarmant lors des phases de shoot où certains ennemis impressionnants auraient pu faire l’objet de boss mémorables à térasser avec un ami. Je sais bien que ce point de vue est très personnel et que bon nombre de joueurs préfèrent avant tout l’expérience solo. Et je suis le premier à dire que certaines expériences solo doivent rester telles qu’elles, sans inclure un mode multijoueur « pour inclure un mode multijoueur ». Toutefois, dans le cas de Nier Automata, je vous demande de bien regarder les phases de Shoothemup et de me dire si vous ne voyez pas dans ce gameplay, un potentiel de jeu en coopération assez monstrueux, inédit et original dans un jeu RPG.

 

Certains phases en vaisseaux sont complètement folles. Une grande réussite. Le tout sur une bande son magistrale.

 

Une fois de plus, les développeurs nippons font parler ici toute leur inexpérience dans le domaine des jeux multijoueurs en réseau. Combien d’oeuvres tirées d’animés ou de mangas populaires auraient pu faire l’objet de jeu en coopération absolument fantastiques (exemple avec Gantz ou Hunter X Hunter pour les connaisseurs). Bref, je m’écarte un peu du test de Nier Automata mais je pense qu’il y a un sujet intéressant de ce côté là à développer. Vous présenter mon point de vue  sur cette question précise me semblait important afin que vous compreniez le jugement que je porte sur Nier Automata.

 

Test Nier Automata : une bande son mémorable au service d’une histoire décousue

 

Les allers-retours seront nombreux dans Nier Automata et les différents « villages » se comptent à peine sur les doigts d’une main. Cependant, le tout est lié au scénario (disparition de l’humanité sur terre)

 

S’appuyant sur des thèmes connus du premier épisode, la bande son de Nier Automata est une petite merveille. C’est simple : tous les thèmes sont épiques et pas un seul ne m’a déçu. La bande-son (doublages inclus) arrivent à rendre l’histoire crédible et particulièrement intéressante à suivre. On entre donc facilement dans l’univers du jeu et lire les dialogues des PNJ que vous croiserez (et qui restent bien moins nombreux que dans Nier premier du nom) ne sera pas désagréable, loin de là.

Quel dommage cependant qu’il y ait moins de lieux mémorables que dans le premier épisode et que les dialogues les plus intéressants soient joués pendant des combats parfois compliqués à négocier. Difficile de lire, réfléchir, comprendre l’histoire tout en se concentrant sur les esquives des adversaires et les combos que l’on est en train de réaliser. Le tout aurait très bien pu marcher dans une VF très bien doublée mais en VOSTFR, rester dans l’histoire sans se laisser emporter à 100 % par le dynamisme du gameplay devient difficile.

La narration de Nier Automata est donc à l’image de « l’open world » présenté dans le jeu : décousue et maladroite. Un véritable gâchis quand on sait toute la richesse des New Game Plus du jeu. Certains verront ici une durée de vie monstrueuse, de mon côté je verrais surtout une durée de vie dessechée, comme « du beurre que l’on aurait étalé sur une tartine trop grande ».

 

Test Nier Automata : pourquoi le New Game Plus ne marche pas

 

Le troll de Square Enix à la fin du « jeu ». Oui Nier Automata propose des explications et des nouveautés en gameplay en New Game Plus mais encore faut-il avoir envie de lancer ce New Game Plus après un premier scénario très moyen et carrément incomplet. Dieu merci, ces New Game Plus ne sont pas en DLC, c’est déjà ça.

 

Malgré sa richesse et ses qualités certaines (il y a vraiment de nouvelles phases de gameplay et d’autres points de vue sur l’histoire), le New Game Plus n’a pas pris chez moi. Il n’a pas prit pour la simple et bonne raison que le premier run ne m’a pas laissé un souvenir mémorable et que revivre l’histoire sous d’autres points de vues pour tout comprendre est une plaie à mes yeux, pour l’instant. Je sais que je lancerai ce New Game Plus plus tard et auquel cas, je n’hésiterai pas à compléter ce test par un avis.

Le concept de plusieurs scénarios est risqué. Pour moi, il peut marcher dans la mesure où le scénario d’origine est suffisament costaud pour vous donner envie d’en savoir plus. Or, ce premier sccénario n’est qu’une source de frustration à laquelle je suis ressorti déçu par un « non, c’est déjà fini ? ». Pour un premier run de Nier sur Xbox 360, j’avais pris mon temps, lu tout ce qui pouvait être lu et avait terminé le jeu en 40 heures environ. Ici, on parle de 5 scénarios différents pour une durée de vie estimée entre 30 et 40 heures… Je vais prendre un exemple tout bête pour un jeu avec plusieurs scénarios qui a bien marché sur moi : Resident Evil 2.

Le scénario de Leon était suffisamment costaud pour me donner envie de voir le point de vue de Claire à l’époque. Dans Nier Automata, voir le point de vue de 9S sur l’histoire, personnage qui ne m’a pas plus touché que ça dans le scénario numéro 2, ne m’intéresse absolument pas. Alors comme dit plus haut, j’ai décidé de publier le test sans avoir débloqué « tous les scénarios » en New Game Plus donc cet avis est à nuancer. Je livre simplement le sentiment que j’ai pu avoir devant ce screenshot de la part de Square Enix qui s’affiche à la suite du générique de « fin ».

Pourquoi diable vouloir cacher certaines phases du jeu et de l’histoire en New Game Plus uniquement ? Pourquoi ne pas proposer moins de scénarios mais une histoire de base ayant au moins quelques réponses ? Au final, on retrouve pour le scénario de Nier Automata le même défaut que l’on a pu voir autour de son gameplay : « les yeux plus gros que le ventre ». À vouloir être trop généreux en termes de contenu, Square Enix a oublié l’essentiel : être rassassié à la fin d’un repas pour nous donner envie de revenir manger au restaurant.

 

Conclusion

 

Non, Nier Automata n’est pas un mauvais jeu, loin de là. En repensant à toutes les phases de gameplay épiques, à ses musiques majestueuses et à son univers envoutant, on ressort quand même avec davantage de points positifs que négatifs. Cependant, face aux mécaniques de gameplay bien huilées et en tant que grand fan du jeu Ikaruga dans lequel j’ai trouvé une expérience multijoueur unique, je ne peux m’empêcher de penser que Nier Automata aurait pu et dû mieux faire.

M’attacher à un bot durant une bonne partie du jeu au lieu de pouvoir jouer en coopération avec un ami et liéer habillement le concept de jeu en réseau réel à celui  du jeu en réseau au sein même du jeu (paye ton Inception)  aurait permis de rendre certains affrontemment nettement moins « lourds » et plus intéressants. Bordel, même 9S le disait en début de jeu : c’est cool d’avoir une partenaire.

Enfin, quant au scénario, imposer au joueur de rejouer l’histoire qu’il connaît déjà pour rassembler petit à petit toutes les pièces du puzzle afin d’y voir plus clair semble être clairement une erreur. Après Final Fantasy XV et sa narration totalement baclée sur la fin, voilà un autre jeu japonais qui se fait semi-harakiri de la plus belle des manières en fragmentant une histoire et un gameplay en de trop petits morceaux , illisiblespour la majorité du public.

 

15
Test de Nier Automata (PS4) : un goût d’inachevé
Les plus
  • Du 60 FPS la plupart du temps
  • Certains environnements stylés
  • Un gameplay soigné
  • Une très bonne bande-son
  • Les phases Shooter réussies
  • Certaines phases d'action épiques
Les moins
  • Aurait dû être pensé pour 2 joueurs
  • La première fin, lolesque
  • Combats répétitifs sur la fin
  • Histoire en retrait au premier run
  • Un faux monde ouvert
Graphismes 15
Gameplay 17
Son 19
Durée de vie 13
Rapport qualité/prix 12
Choco
Rédacteur
Suivre sur :
Qu'on apporte du bois et de l'huile ! Denethor, fils d'Ecthelion

Meilleur bon plan

Derniers commentaires

Laisser un commentaire 6 commentaires
Niveau 1
Apprenti

Pourquoi écrire un test alors que tu n’as fait qu’un tiers du jeu ? Le premier run débloque le premier tiers uniquement. Tu trouves l’histoire décousue et incomplète ? Normal.

NieR: Automata est un jeu dont la vraie fin se mérite, dont le dévoilement de l’histoire n’est révélé qu’aux persistants, à ceux qui creusent et ne s’arrêtent pas à la surface. Juger un livre à sa couverture ? Quelle idée !

Les runs n’en sont pas réellement à part les deux premiers, celui de 9S permet de revivre très rapidement celui de 2B de son point de vue mais ajoute suffisamment de nouvelles choses, nouveaux éléments et révélations supplémentaires pour enchaîner sur le troisième run, le dernier tiers du jeu plus long, plus riche, plus complet et d’une profondeur à crever le cœur.

 

Cet article est une honte… On ne juge pas une œuvre en ayant juste parcouru son tiers, sans être aller jusqu’à la fin, sans avoir fait l’entièreté de l’histoire. NieR: Automata est un soft qui va marquer à tout jamais l’Histoire du jeu vidéo et qui rappelle pourquoi on affectionne les productions japonaises de l’ère PS1 et PS2.

Niveau 265
Héros Légendaire

Salut et merci pour ton retour 🙂

Je rappelle qu’un test est un avis et que toute oeuvre, aussi grandiose qu’elle soit, ne fera jamais l’unanimité, il faut malheureusement l’accepter.

Plusieurs testeurs ont relevé ce côté redondant dans le gameplay, de devoir se retaper des phases que l’on a déjà fait et qui franchement, m’ont beaucoup moins passionnées que Nier premier du nom que j’avais dévoré.

Je préfère le premier épisode que je considère être un véritable chef d’oeuvre. Ce Nier Automata m’a fait passer un bon moment mais sans plus.

Gamekult a donné la note de 7/10.

C’est 14/20. Il faut savoir accepter les avis de personnes qui n’apprécient pas forcément le new game + forcé, aussi riche soit-il.

Et par ailleurs, j’ai lancé les autres scénarios après le test mais j’ai décroché tant l’histoire ne m’a pas plus touché que ça. Pour le test, j’ai eu l’honnêteté de dire que je notais mon expérience du premier run et que je ne voulais pas continuer car le jeu ne me donnait pas envie d’en voir plus.

Comme pour les films, les séries. Il y a des oeuvres où l’on perds le spectateur. Et moi, Nier Automata m’aura perdu en cours de route.

Un avis parmi tant d’autres. Je ne suis pas d’accord pour le jeu « qui marquera l’histoire ».

Dans 5 ans, on en entendra plus parler contrairement à un The Witcher 3 ou un Bloodborne / Zelda Breath of The Wild.

Mais là aussi, c’est simplement un avis.

Merci d’avoir partagé le tiens sur le test, cela permettra à d’autres joueurs de se faire encore une meilleure idée du jeu 🙂

Niveau 1
Apprenti

Il est vrai que la deuxième routes avec 9S est un peu lourde à faire mes les thèmes et question aborder durant le jeu, par exemple pour le cas de A2 nous donnes envie de connaitre la suite. Et personnellement je ne regrette pas d’avoir du faire une deuxième fois le jeu pour avoir cette fin magistrale.

Et par rapport à la carte, c’est vrai qu’elle est asser compliquer à comprendre mais comme expliquer dans le jeu c’est une projection par satellite grace aux point de sauvegarde il est donc logique que nous avons juste « le haut » de la carte.

Niveau 1
Apprenti

Un torchon, c’est bel et bien ce que je viens de lire, un prétendu test de la part d’une personne n’ayant même pas pris la peine de terminer le jeu dont il parle, sous prétexte de new game + décourageant ? Notre définition de ce terme doit différer car, non, NieR Automata ne dispose pas de ng+, dans les faits, il propose simplement de parcourir une parcelle de la trame principale sous un angle nouveau, ajoutant pour l’occasion de nouvelles mécaniques de gameplay, des précisions scénaristiques, et aussi ( oui oui ) des passages inédits, en plus de rendre le tout plus compact et donc plus court, pour contenter ceux que les ajouts cités plus haut n’attirent pas. S’offre ensuite au joueur la dernière partie de la trame, infiniment plus riche que la première. Si je devais trouver un point commun à ce « test » et ce jeu, je dirai qu’ils ont étés pour moi un énorme vecteur d’émotions, du dégoût pour le premier, en rapport à tout un tas d’autres qu’aura su m’apporter le second. NieR Automata dispose d’un gameplay nerveux mais précis, pas aussi foutoir que d’autres veulent bien le faire croire, une OST digne des plus grands jeux, une durée de vie tout à fait correcte pour un jeu de ce genre et SURTOUT un univers fascinant, servi par une narration aux petits oignons ( si tant est qu’on se donne la peine de finir le jeu ). Je ne peux que conseiller ce jeu à tous les amateurs de JRPG. Et à la rédaction de ce site, d’éviter ce genre de contenus tout à fait hors de propos. Glory to mankind.

Niveau 1
Apprenti

C’est une honte ! Cet article devrais être supprimé, c’est à cause de personnes comme ça justement que le jeu ne fais pas plus parler de lui, un chef d’oeuvre ne se limite pas au fait qu’il soit connu, la preuve avec tous ces fortnite et call or duty qui auront la note de 16/20 mais qui n’arrivent en rien à la cheville de ce jeu, et seul ceux qui ont réellement fait nier automata (en entier) peuvent le comrendre, prendre en exemple The witcher, dark souls etc.. en guise de popularité par rapport a ce jeu c’est pas très refléchis, bien sûr qu’il restera dans les esprits encore longtemps, mais si on donnais un peu plus de budget à des studios comme ceux ci on aurais clairement un jeu surouf bien qu’il le soit déjà sans même parler de la réalisation.

Niveau 265
Héros Légendaire

Ah ouais quand même.

Donc parce qu’on a pas envie de faire un New Game + forcé c’est qu’on a pas fini le jeu ?

Comme dit plus haut, je n’ai pas plus aimé que ça. Aux dernières nouvelles, ce n’est que mon avis et il a ses arguments.

PS : le jeu fait très bien parler de lui tout seul hein, il cartonne à l’échelle mondiale et se vends par millions. Donc avant d’avancer n’importe quoi, c’est toujours bien de se renseigner avant 😉

Peace.

Réagir

Vous devez vous connecter pour réagir.

S'inscrire Se connecter

A voir également